Reboisement :

Parallèlement, l’association GREEN FORCE, prévoit d’investir massivement dans un programme de plantation et de gestion de sites de reboisement, principalement dans le bois noble et les cacaotiers, générateurs de surcroit de revenus pour les populations locales.

Le fondateur de l’association a été membre dans sa jeunesse du COREVEN et du CJPNO à Marseille, deux associations qui lui ont permis de participer à des programmes de plantations d’arbres, en particulier de 1990 à 1994.

Nous avons la volonté d’aider la Côte d’Ivoire a reconstituer sa forêt et son couvert végétal, par la création d’espace de plantation mixte, permettant de répondre aux besoins économiques des populations locales, de répondre aux besoins de la nature et du besoin en reboisement.

Notre programme est ambitieux et porte sur plusieurs années.

Nos partenaires locaux disposent actuellement d’une superficie de 10 hectares afin de tester notre méthode. D’autres surfaces sont en négociation pour la porter à plus de 2.000 hectares.

Nous souhaitons sensibiliser les enfants et les populations locales à la protection de l’environnement, à la bonne gestion des terres, des espaces plantés et des cultures.

 

La surface forestière africaine et particulièrement la Côte d’ivoire a perdu 95% de sa forêt, à cause principalement de la surexploitation, des cultures agricoles et du charbon de bois.

.

.

.

.

Le projet :

Les associations QUIRIUS et GREEN FORCE lancent un projet visant « à contribuer à reconstituer le couvert végétal de la Côte d’Ivoire et d’autres pays. »

Il est nécessaire de renforcer les programmes nationaux de reboisement, afin de protéger l’environnement, de permettre naturellement l’augmentation de la captation du gaz carbonique (CO2), et de permettre la regénération des forêts, après une surexploitation des richesses naturelles.

Le prélèvement pour le bois de chauffe et d’énergie est une catastrophe, alors qu’il existe d’autres solutions, dont une meilleure gestion de l’espace forestier, des déchets naturelles (branches, feuilles selon les saisons).

Installation de four chaudière.

 

Le programme porte sur une première enveloppe financière de 50.000 € en 2019, avec un objectif de 500.000 € en 2022.